Épine calcanéenne

L’épine calcanéenne

L’épine calcanéenne, également appelée aponévrosite plantaire ou fasciste plantaire, est une inflammation du fascia plantaire. Cette dernière est une membrane fibreuse qui se situe sur la partie plantaire du pied et doit son nom à sa forme de triangle. Il s’agit d’une Tendinite d’insertion de ce fascia, évoluant par poussées inflammatoires et aboutissant à la formation d’une « épine osseuse » qui est rarement la cause des douleurs.

L’origine du problème

L’épine calcanéenne apparaît en cas de tractions répétées ou anormales sur l’insertion calcanéenne de l’aponévrose plantaire dans un contexte de raideur des chaînes postérieures (difficultés à relever le pied vers le haut et crampes au niveau du mollet). 

On la retrouve ainsi lors d’activités sportives ou suite à une longue marche. Elle peut aussi être d’origine morphologique avec des problèmes au niveau de l’arrière-pied qui ont pour conséquence une tension importante de l’aponévrose. La cause peut aussi être mécanique notamment en cas de surpoids ou si vous êtes amené à effectuer la manutention d’objets lourds de façon régulière.

La conséquence de l’épine calcanéenne est une douleur au niveau du talon nommée talagie. Celle-ci devient plus importante lors de la marche et de l’appui sur le talon. En réponse, le patient a tendance à marcher sur l’avant du pied ou sur le bord externe de celui-ci.

Le diagnostic de l’épine calcanéenne

Le diagnostic de l’épine calcanéenne est d’abord clinique consistent à palper le talon pour reproduire la douleur en mettant en tension l’aponévrose. Il peut être complété par des radiographies qui permettent de voir s’il existe une « épine » osseuse témoin de l’ancienneté de la tendinite ou une échographie voir IRM qui montrent l’inflammation de l’aponévrose (épaississement) et peuvent révéler des signes d’aggravation comme des fissurations.

Si suite au diagnostic aucun traitement n’est mis en place, la douleur lors de l’appui sur le talon va s’intensifier et peut engendrer une boiterie et des difficultés pour se chausser. Dans les cas les plus extrêmes, des nodules fibreux peuvent se former au sein de l’aponévrose et la situation peut empirer jusqu’à la rupture de celle-ci.

 

Les traitements à mettre en place

Le traitement est le plus souvent médical pour soulager les douleurs inflammatoires et traiter la cause de la tendinite Il faut commencer par changer de chaussage afin d’opter pour des chaussures amortissantes, avec un léger talon. Des antalgiques et des anti-inflammatoires peuvent également les réduire sur un certain temps.

Il est le plus souvent nécessaire d’envisager le port de semelles orthopédiques qui vont soulager l’inflammation et donc les douleurs qui y sont liées, en corrigeant un trouble morphologique associé (déviation externe du talon (valgus). De même pour réduire l’inflammation, des séances de kinésithérapie sont recommandées pour étirer l’aponévrose plantaire et diminuer les tractions postérieures et plantaires.

Selon les cas, d’autres moyens thérapeutiques peuvent être mis en place comme des infiltrations ou la mésothérapie, les ondes de choc extra-corporelles, ou même l’injection de facteurs de croissance (PRP). Ils visent tous à réduire l’inflammation ou faire cicatriser les fissures

Quand tous ces traitements ont été tentés et qu’ils se sont révélés inefficaces au bout de 6 à 12 mois minimum, il ne reste alors que le traitement chirurgical. Le chirurgien orthopédique réalise alors une section de l’aponévrose plantaire le plus souvent partielle. Lors de la cicatrisation, l’épine calcanéenne est en position détendue ce qui fait descendre la pression et l’inflammation s’élimine alors d’elle-même.

Pour certains patients, cet acte s’accompagne d’autres qui permettent la libération du médio pied ou de l’arrière pied. C’est notamment lors de troubles architecturaux à corriger.

L’intervention peut être réalisée à ciel ouvert, en percutanée ou sous endoscopie selon la volonté du chirurgien orthopédique.

 

NOUS CONTACTER

Tél : 04.92.15.45.50
 
MédiCall : 04.92.98.45.49 (Cannes)

 

Mail :
 
Secrétaire : 
En cas d'Urgence : 
04.92.07.78.13
(URG Parc Impérial)
 

Centre de consultation

18 avenue Reine Victoria
06000 Nice

Mercredi toute la journée

Clinique du Parc Impérial

28 Boulevard Tzarewitch,
0600 Nice

Un jeudi matin sur deux

Clinique privée Oxford

33 Boulevard d’Oxford,
06400 Cannes

Lundi toute la journée